Imprimer cette page

Sécurité et Techniques

Sextant cartes marines et compas ou GPS et lecteur de carte Bernard Moitessier

Sextant, cartes marines et compas, ou GPS et lecteur de carte ?

Un sextantSe déplacer sur terre, c'est facile. Il y a des autoroutes, des routes, des chemins, des sentiers... et aussi des panneaux qui vous indiquent la direction à prendre pour arriver à l'endroit de votre choix, des panneaux qui vous indiquent un danger : travaux, virage à droite, attention école...

En mer, c'est tout différent. La route, c'est à vous de la tracer, sur une carte marine. Une fois tracée, pour la suivre, vous allez vous aider du compas et rectifier votre cap en faisant des relevés à période régulière.

En navigation côtière, il est vital d'éviter les dangers que constituent les hauts-fonds, invisible dans nos pertuis, mais bien rééls, surtout à marée basse.

Avec les technologies d'aujourd'hui : GPS et lecteur de carte, on peut facilement savoir où on est, quel cap on suit, et voir ce qui nous entoure sur l'écran où s'affiche la carte. Sans gros investissement, si vous possédez un smartphone ou une tablette, je vous conseille vivement l'application Navionics.

Quel vent dois-je m'attendre à trouver en mer ?

SailGrib : exploiter les fichiers gribJe dois partir demain.Je suis allé voir le bulletin météo prévu pour demain, à la capitainerie du port dans lequel je me trouve. J'ai regardé les prévisions météo sur Météo Consult Marine. Ou encore, j'ai écouté le bulletin météo sur ma VHF, canal 63.

Je compte partir dans 8 jours, quelles sont les conditions prévues ? Je vais consulter le site windguru et je précise la région qui m'intéresse : choix du spot.

Je voudrais des prévisions météo sur plus de 8 jours, et j'ai une tablette ou un smartphone Androïd. J'installe l'application SailGrib qui me permet d'afficher sur une carte les prévisions météo pour les 14 jours à venir. Pour cela, je télécharge le fichier GRIB de la zone qui m'intéresse. Même au large, sans aucun réseau WiFi, je peux toujours visualiser les prévisions données par le dernier fichier GRIB que j'ai téléchargé.

Comment éviter les collisions avec d'autres engins flottants ?

Dans les zones à forte fréquentation, il faut qu'il y ait toujours au moins un équipier qui guette dans les 360 degrés autour du bateau (y compris sous le génois). Attention aux chalutiers en train de pêcher, au sillage des grosses vedettes rapides, aux engins de pêche flottants non signalés sur les cartes.

Pour aller loin, si votre budget le permet, le mieux est d'installer un radar.

A défaut, un réflecteur radar fixé assez haut dans les haubans permet normalement d'être vu par les navires équipés de radar (tous les gros navires). Une solution peu onéreuse existe aussi : le détecteur de radar. S'il vous arrive de naviguer de nuit en solitaire, le détecteur de radar devrait biper et vous avertir, voire vous réveiller si un bateau se trouve dans les parages.

Il existe une petite application sympa et gratuite qui permet de voir les routes qu'empruntent les navires équipés de récepteurs AIS. Cette application s'appelle Marine Traffic. Outre la localisation des navires, cette appli contient la quantité impressionnante de plus d'un million de photos de bateaux, de ports, etc...

Bouteille à la mer et lance-pierres ou VHF, BLU, téléphone satellite ?

En 1968-69, losqu'il fit une fois et demie le tour du monde à bord de son Joshua, un ketch de 12 mètres, Bernard Moitessier avait 2 techniques pour communiquer :

  • envoyer des « bouteilles à la mer » : il avait amélioré le processus en fabricant de petits bateaux à voile sur lesquels il fixait le récipient contenant le message
  • utiliser son lance-pierres pour envoyer des messages lestés sur le pont des cargos de rencontre : voir cet article dans « Routard.com »

Le monde a bien changé depuis.

 

Page précédente : Juillet 2016 Page suivante : Matériel obligatoire